Retour
Publié le 10/01/2024 - Court-métrage

Du 10 au 16 janvier

Les humains sont des cons quand ils s’empilent, Love Me true et Tournesol, trois courts-métrages à découvrir dans votre cinéma du 10 au 16 janvier 2024.

  • Les humains sont des cons quand ils s’empilent, de Laurène Fernandez, devant les projections de Un Silence et Scrapper

Enfermés chacun dans leur appartement, des voisins racontent à la caméra les petits tracas de la vie en communauté. Petit à petit, quand tout s’empile, il y a de quoi devenir fou.

Formidable ovni que cette fantaisie d’animation signée par Laurène Fernandez à la Ciné-Fabrique. C’est une chronique humaine complètement réaliste, et complètement barrée à la fois ! En quatre minutes, la réalisatrice raconte un pan de vie collective par le biais de témoignages audio de différents habitantes et habitants d’un immeuble. Les confessions s’enchaînent et le puzzle sonore s’assemble.

Grâce à l’art du stop-motion, la banalité de scènes quotidiennes et des témoignages face caméra prend un tour inattendu. D’autant plus que les personnages sont représentés par des figurines enfantines, faites de coton et de laine, et que la minutie du travail créatif débouche sur un charme total. La musique aussi, avec sa tonalité propre à la mélodie pour bambins. Mais le propos n’a rien de puéril : la réalité de ce monde en quête de lien, au-delà des nuisances sonores, débouche en effet sur une tragédie.

Un drame atroce, que l’animation pulvérise en cocasserie surréaliste, pour finir dans un immense éclat de rire. Les dadaïstes auraient adoré cette courte aventure au titre déjanté et poilant. Une manière débridée aussi de déjouer les conflits de voisinage et de cohabitation immobilière.

Scénario Loriane Arribas Production La CinéFabrique


Laurence cherche désespérément l’amour. Conseillée par une amie, elle se connecte sur des sites de rencontres en ligne pour trouver l’âme sœur. Elle devient accro à son téléphone et addict à un homme toxique.

Aventure cinématographique singulière que ce Love Me True. La réalisatrice Inés Sedan aime raconter l’amour et sa complexité humaine. Son film précédent s’appelait Love He Said, et elle s’attache cette fois à la quête amoureuse via sites et applications de rencontres. Le titre évoque des standards de la romance musicale, de Love Me Do des Beatles à Love Me Tender d’Elvis Presley.

De Love Me Tender au digital, il n’y a qu’un pas, bienvenu ici, puisque Love Me True est adapté du reportage radiophonique Love Me Tinder d’Alain Lewkowicz, diffusé dans l’émission de Sonia Kronlund Les pieds sur terre sur les ondes de France Culture. Ce court métrage d’animation est donc complètement documentaire, puisqu’il reprend les confessions orales de l’héroïne, Laurence, enregistrées et remontées.

L’image aux couleurs pop enchaîne les incursions et les inserts pour illustrer les propos de la protagoniste. L’humour est aussi là pour contrebalancer la rudesse de certains récits, et les expressions imagées sont mises en scène au sens propre. Poser un lapin se manifeste ainsi par de charmantes créatures lagomorphes, posées autour de l’héroïne esseulée. Une saveur frontale qui va bien à Love Me True.

Production Lardux films


Un tournesol pas comme les autres choisit de porter un regard nouveau sur son environnement, il va découvrir un univers totalement différent…

La réalisatrice russe Natalia Chernysheva livre une nouvelle pépite animée avec Tournesol, ou le portrait d’un être solitaire, vilain petit canard dans une meute soumise en collectif. Un tournesol qui n’en fait qu’à sa tête, en déviant de sa fonction première : tourner – et vivre – avec le soleil. Car ce qui fait vibrer la face de cette immense fleur, c’est la nuit, et non le jour. Et la lune, et non l’étoile diurne.

Face au garde-à-vous discipliné, c’est l’école buissonnière qui tient le haut du pavé. La cinéaste privilégie l’humour pour nourrir le décalage. La plante géante doit en effet faire face aux désagréments des créatures nocturnes. L’escargot veut la manger et le hibou s’y poser. Mais la nuit reste magique, avec sa voûte étoilée, ses comètes et ses satellites clignotants qui émerveillent le tournesol.

La simplicité du trait et la vivacité des couleurs se glissent à merveille dans cette odyssée en plein air, qui fait du sur-place géographique, mais qui voyage par l’imaginaire. En moins de quatre minutes, la réalisatrice enchante en célébrant la différence, la singularité et la résistance à l’uniformisation sociétale. Le tournesol va vivre des moments uniques, même si la résolution sera fatale et définitive.

Scénario Natalia Chernysheva Musique Artem Fadeev Production Folimage S.A.S, Studio Pchela

L’Extra Court